Conseil municipal du 26 juin 2019

Intervention de Rodolphe Portoles élu de Montauban Citoyenne à propos de la délibération portant sur le déclassement de la Maison du Peuple avec expulsion des syndicats et des associations qui l’occupaient  

 

« Pour commencer mon intervention je vous rappelle la définition de la Maison du Peuple : La Maison du peuple ou Maison des travailleurs est le nom souvent donné à des bâtiments destinés à servir de lieux de rencontre de la classe ouvrière. Ces lieux de lutte ont permis de recréer un lien social fort à l’intérieur du mouvement. Il offrait également un cadre idéal pour l’organisation d’assemblées générales, de débats, de conférences ou de concerts.

C’est donc le lien social et le lien culturel qui symbolisent le mieux la Maison du Peuple.

Par deux fois, dans le bras de fer qui vous oppose à l’UD CGT, vous avez été déboutée par le Tribunal administratif.

Une première fois, vous avez eu l’obligation de rouvrir le bâtiment aux syndicats pourqu’ils puissent exercer leurs mandats. Vous l’avez fait partiellement. Vous avez été déboutée une seconde fois, les salariés pouvant désormais l’occuper du lundi au samedi, de 8 heures à 19 heures et jusqu’à 23 heures le jeudi si nécessaire.  Une ordonnance de référé a même donné raison à l’UD CGT en imposant à la mairie, propriétaire de la Maison du peuple, une astreinte de 1 000 € par jour de retard et pendant sept jours ainsi qu’un versement de 2000 € à l’UD CGT 82.

Devant ce cuisant échec, votre rancœur est sans limite et votre vengeance froide et mesquine. Voilà que nous nous sortez un projet « bidon » qui vient de nulle part, de création d’un Tiers-Lieu, poudre de « perlinpinpin » qui sert juste à argumenter l’abrogation d’une délibération du 28 septembre 1945, modifiée le 14 février 1966, affectant la Maison du Peuple aux syndicats et associations.

Laissez-moi vous dire que c’est petit madame le maire, c’est indigne d’un élu républicain, à moins que vous ne rejoigniez déjà les rangs des quelques dizaines de maires de droite et d’extrême droite qui font la chasse aux syndicats dans notre pays?

C’est une atteinte à la liberté syndicale;

c’est méprisant pour ceux qui, justement par leur action, participent à dynamiser un centre-ville mortifère, qu’ils soient syndicalistes ou membres d’associations qui voient là disparaître la seule salle du centre-ville pour organiser des lotos ( que vont faire les passionnés du dimanche après-midi ?), des réunions d’informations ou les friperies du secours populaire.

Nous aurions aimé que vous mettiez autant d’énergie à vous battre pour empêcher les déplacements des Services Publics du centre-ville, comme la CAF, les impôts ou Pôle emploi.  Cela aurait d’ailleurs coûté moins cher aux contribuables montalbanais.

Sachez Madame le maire, que nous maintenons notre soutien aux UD départementales- CGT et FO dans ce dossier. Que nous soutenons les associations qui se voient privées de locaux, soit pour organiser des réunions d’information, soit pour rentrer quelques sous pour subvenir à leurs besoins.

Nous continuerons à mettre toute notre énergie, pour défendre la Maison du Peuple des Montalbanais, nous voterons donc contre bien sûr, et nous n’en resterons pas là ! »