LU dans la dépêche

Une «non-inauguration» pour, enfin, ouvrir au public…

Publié le

Ils étaient une centaine à participer à la non-inauguration des nouveaux locaux de L’Accueil Montauriol. Créé en novembre 2018, l’Accueil regroupe onze associations (1) et a pour objet l’accueil en journée, de manière anonyme et inconditionnelle, de toute personne et de toute famille avec enfant(s) en situation d’errance et/ou en grande précarité.

Il manque l’habilitation

L’État, au travers de la DDCSPP, a participé au démarrage de l’association en finançant l’embauche de 2 salariés pour le mois de décembre, puis 3 en janvier, pour arriver à 6 en février. Marc Pontier, chef de service : «Nous avons débuté notre activité en décembre 2018 dans le centre-ville de Montauban, dans un local mis à disposition dans l’urgence jusqu’à fin avril. Grâce à l’aide des associations locales et des 40 bénévoles impliqués, nous avons pu fournir un repas chaud et équilibré à 80 personnes par jour en moyenne, entre décembre et avril. Depuis notre ouverture, nous avons accueilli près de 390 personnes différentes. Le 30 avril, veille de notre déménagement au 135 avenue de Cos dans les anciens locaux d’Emmaüs, nous avons accueilli 109 personnes et 90 d’entre elles ont partagé un repas. Mais, depuis notre déménagement, nous n’avons toujours pas pu ouvrir nos portes au public, car nous n’avons toujours pas reçu l’habilitation ERP nécessaire pour ce type d’établissement. Voilà près d’un mois que nous payons un loyer et versons des salaires pour rien (les salariés sont en chômage technique).

«Qui a intérêt à renvoyer les personnes dans la rue ?»

C’est pour relayer cette information que nous avons imaginé cette non-inauguration de notre accueil de jour». De nombreuses prises de parole et des messages de soutien ont été lus. Le directeur général d’Emmaüs France, Jean-François Maryszyczak : «Qui a intérêt à ce que vous ne puissiez pas poursuivre votre action alors que toutes les conditions sont réunies ? Qui a intérêt à voir des personnes retourner à la rue ? Qui a intérêt à voir les militants associatifs se décourager ? Personne !».

«La mairie fuit ses responsabilités»

Le Secours Catholique national a également apporté son soutien. Pour Valérie Rabault, députée, «L’accueil de jour était surchargé, l’État a enfin pris ses responsabilités en ouvrant ce deuxième accueil. En revanche la mairie de Montauban en refusant la déclaration préalable de travaux et en laissant traîner l’autorisation d’ouverture au public fuit ses responsabilités. J’ai écrit au Préfet pour que l’État fasse appliquer la loi».

Les élus municipaux d’opposition interpelleront le conseil lors de sa prochaine séance. Tous ont été unanimes : «Cet accueil est un exercice d’intelligence collective regroupant de nombreux partenaires. La stratégie de pourrissement ne nous fait pas peur, nous sommes mobilisés. Nous ne faisons pas de politique, nous sommes du bord de ceux qui sont dans le besoin».

Le sujet devrait être abordé ce soir au Conseil municipal.

(1) Pas sans Toit 82 ; La Pastorale des Migrants ; Escale Confluences ; L’Entraide Protestante ; l’Association Montalbanaise d’Aide aux Réfugiés ; Cparlesmo ; La Cimade ; Emmaüs 82 ; CCFD Terre, Solidaire 82 ; Le Secours Catholique Quercy ; La Fraternité Georgette)

LaDepeche.fr