La maison du peuple (suite)

Lu dans la dépêche:
Hier matin, l’avocat montalbanais Jean-Marc Panfili était au tribunal administratif de Toulouse accompagné de militants de la CGT dont la secrétaire générale de la CGT 82 Lina Desanti. Suite aux litiges entre la ville de Montauban et les occupants de la maison du peuple, une ordonnance avait été décrété le 28 mai imposant des “mesures plus que restrictives pour ses occupants avec notamment de mauvaises horaires d’ouverture, selon Me Panfili provoquant une perturbation constante de la police à la maison du peuple”. Après un dépôt de plainte de la CGT contre la commune de Montauban pour harcèlement, l’avocat avait rendez-vous hier pour un réexamen de l’ordonnance afin de récupérer un double des clés de la maison et des horaires décentes : “Cette fois nous serons incisifs contre la commune”, déclare l’avocat. Après 1 h 30 d’audience, la décision est mise en délibéré avec une réponse, au plus tard, ce mercredi. La mairie de Montauban, représentée par Me Houll, a développé ses arguments et attend la décision du tribunal «avec sérénité».