N45 – Transport en commun gratuit : c’est possible !

Transports en commun gratuits : c’est possible

Dans quelques 38 villes et agglomérations françaises, le plus souvent de taille moyenne      – seules Aubagne, Niort et Dunkerque dépassent 100 000 habitants – on se déplace aujourd’hui sans payer. Mais même Paris et Clermont-Ferrand, ont lancé le débat.                  On remarque que c’est indépendant de la couleur politique de la municipalité!                 

Il s’agit d’une question politique plus qu’économique ou technique . Les transports en commun sont le seul mode de transport payé pour partie par les usagers, ce n’est pas le cas pour les cyclistes, les piétons, les automobilistes. Plus vertueux que la voiture, les transports en commun pourraient être vus comme un service public classique, gratuit comme les écoles. La gratuité permet de le reconnaître  comme un droit universel. Un droit à la mobilité qui, là où il est déjà effectif, est impossible à supprimer! Il y a une extrême urgence climatique et le transport est responsable de 29 % des émissions de gaz à effet de serre. Or, les expériences de gratuité des transports collectifs montrent que cela fait baisser les déplacements en voiture. L’enjeu: sortir le transport collectif de l’approche marchande. Cela entraîne une nouvelle culture des transports et de l’espace public en général.Cela n’augmente pas les incivilités au contraire: la hausse de la fréquentation accroît le contrôle social dans les véhicules, la gratuité permet à tous de s’approprier les transports en commun: «on n’a pas envie d’abîmer ce qui nous appartient» .Pour les habitants des périphéries, la gratuité devient synonyme de droit à la ville, de recul de l’isolement Ce qui contribue à re dynamiser les centres- villes, accessible plus facilement Gratuité des transports en commun ne signifie pas absence de coût: Pour autant aucune des municipalités qui l’ont instaurée n’ont augmenté les impôts locaux!                                                                                                                                                            

En France, les ressources pour les transports publics proviennent de 3 sources, apportant chacune en moyenne 1/3 du financement : recettes de billetterie, collectivités locales et ce qu’on appelle le «versement transport» (taxe sur la masse salariale des employeurs).                                                                                                        

La gratuité élimine une partie des ressources(titres de transport)d’un service qui doit être maintenu et même développé, avec la hausse de la fréquentation. Or dans la plupart des «villes gratuites» la billetterie ne couvrait qu’une part assez faible (entre 10 % et 20 %                                                                                                              

Des mesures sont envisageables :Choix d’allouer des ressources publiques aux transports. Augmentation du versement transport par les entreprises qui ne devront plus rembourser leurs employés de la moitié de leur titre de transport (obligatoire).                                    Affectation des recettes du stationnement automobile au réseau.                                          

La gratuité ne peut être pensée seule, c’est un véritable projet politique.