N45 – Edito : Transports urbains, état des lieux

En septembre, les responsables des Transports montalbanais avaient affirmé « vouloir offrir un service de qualité à ses usagers tout au long de leur parcours » ; cette affirmation a été claironnée sur tous les tons et dans tous les médias locaux … La nouvelle identification des lignes de bus passant des lettres A,B,C,D … aux chiffres 1,2,3,4 …n’était pas un indice d’amélioration, mais plutôt une source de confusion pour les utilisateurs.
Les changements annoncés n’ont pas tenu très longtemps leurs promesses et quelques jours après la rentrée scolaire, les Montalbanais qui empruntent régulièrement les transports publics, se sont vite rendu compte que les beaux discours sur l’efficacité, le confort et la fiabilité étaient un rideau de fumée dissimulant un bricolage ponctuel. Il n’a pas fallu attendre 15 jours pour que la colère éclate chez les parents des élèves transportés, en constatant des bus bondés, à la limite de la sécurité, des horaires non tenus, des arrêts non respectés et, en définitive, des solutions apportées peu satisfaisantes.
Aucun progrès sérieux depuis presque 10 ans, date à laquelle Montauban citoyenne demandait déjà que soit organisée une concertation avec les représentants des usagers dans le cadre d’une véritable démocratie de proximité. La majorité municipale est demeurée sourde et se contente de petits arrangements de détail. A quand une véritable politique cohérente, ambitieuse et globale de la mobilité urbaine ?