N44 – Montauban : ville à voir contre ville à vivre

 

Accordons à Mme Barèges le fait qu’elle construit une ville à voir : ramblas, grandes artères, centre aquatique, etc…. Mais est-ce pour autant une ville à vivre ? On peut en douter !

La situation scolaire en donne une démonstration flagrante. Quelques exemples. Deux écoles au moins ont été conçues trop petites par rapport à l’évolution démographique voulue et connue de leur quartier (l’Ecole Verte et l’école Jean Moulin). Dans le même temps on livre des terrains de proximité aux promoteurs qui implantent des dizaines d’habitations (encore 71 maisons prévues derrière l’école verte).

On donne un permis de construire 164 logements à la place d’un parc côte de l’Héritage, mais rien de prévu pour la circulation et les écoles du secteur. On ferme des classes maternelles à Aragon en profitant d’une baisse temporaire d’effectifs tuant au passage le bilinguisme et la mixité sociale et pour décongestionner les écoles de l’avenue du 11ème et du Cours Foucault qui explosent. Mais 32 logements vont être livrés à la place de la tour Issanchou dans moins d’un an et plus de 150 seront construits dans l’ancien Arsenal. Où iront les enfants ?

Dans le quartier St Hilaire, une classe de plus serait nécessaire mais la mairie refuse d’agrandir les locaux.

Et quand le gouvernement demande de dédoubler les cours préparatoires du secteur du collège Olympe de Gouges, on chasse les classes spécialisées pour enfants en difficulté hors de la ville car on manque de locaux et on met des algécos dans la cour de l’école Jean Moulin.

Le plan de la mairie qui a débuté en 2010 ne prévoyait que 14 classes supplémentaires financées sur 9 ans. Dans le même temps la ville a gagné plus de 6 000 habitants. N’aurait-on pas dû revoir les priorités d’investissements ?

Tout cela et d’autres exemples encore montrent une absence totale de vision globale de l’évolution de la ville pour concevoir un projet à vivre pour le bien être de la population, mais beaucoup de cohérence dans un projet à voir dont on espère qu’il dupera les futurs électeurs en 2020.